A l’occasion de la sixième édition du #challengeAZ, animée par la communauté des généalogistes, archivistes et autres passionnés d’histoire, j’ai décidé en ce Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 de partager quelques-unes des 600 biographies des Morts de la Grande guerre des communes de Romorantin et Lanthenay. Elles sont tirées du bulletin spécial de la Société d’art, d’histoire et d’archéologie de la Sologne dont je suis l’auteur (n°201, 4ème trimestre 2015, toujours en vente à Romorantin-Lanthenay). Ce projet avait reçu le label de la Mission du Centenaire de la première guerre mondiale.

Une famille rémoise réfugiée à Romorantin 

Eugène COLAS est né le 27 juin 1894 à Reims (Marne), 4 rue Vercingétorix. Il est le fils de François Michel COLAS (34 ans, chauffeur) et de Marie Emilie HASSE (32 ans, sans profession). Au moment de son recensement au titre des obligations militaires (classe 1914, bureau de Reims, matricule 1454), il résidait à Reims (Marne) et exerçait la profession de chauffeur. La classe 1914 ayant été appelée par anticipation dès le 1er septembre avec un mois d’avance, Eugène COLAS prend part à la campagne contre l’Allemagne à partir du 1er septembre 1914 en qualité de cuirassier au sein du 6ème RC. Il est successivement affecté au sein de différentes unités d’infanterie. Il est promu au grade de caporal le 30 septembre 1916. Affecté au sein du 273ème RI depuis le 1er juin 1916, 4ème compagnie de mitrailleuses, Eugène COLAS est tué à l’ennemi le 17 octobre 1916 dans la commune de Chaulnes (Somme).

A l’issue du conflit et en l’absence d’un acte officiel, un jugement déclaratif de décès est rendu par le Tribunal civil de Reims le 13 novembre 1919 avant d’être transcrit le 13 mars 1920 dans le registre des décès de la mairie de Reims. Précédemment enterré le long du boyau Sardaigne, 800 mètres environ au Nord-Est de Chaulnes, Eugène COLAS est inhumé à Dompierre-Becquincourt (Somme) dans la nécropole nationale « Dompierre-Becquincourt » (tombe individuelle, numéro 1481). Célibataire, il résidait à Reims, 136 rue de Cernay. Sa mère, réfugiée, était arrivée à Romorantin en octobre 1916 avec trois de ses enfants.

Décoré de la médaille militaire à titre posthume, Eugène COLAS est également titulaire de la Croix de guerre avec une étoile de bronze et étoile d’argent. Il est cité à l’ordre du régiment le 27 septembre 1916 : « s’est distingué par son calme courage au cours de la dernière attaque, a mis rapidement sa pièce en batterie et, par un tir ajusté, a occasionné des pertes sérieuses à l’ennemi ». Puis une seconde fois : « [caporal] courageux et dévoué. Tué glorieusement à son poste de combat, le 11 octobre 1916, à Chaulnes ».

Le nom d’Eugène COLAS figure sur le monument érigé dans l’église Saint-Etienne (Romorantin) ainsi que dans le projet de livre d’or de la ville de Reims. 

2 thoughts to “[C] Eugène COLAS (1894-1916), Mort pour la France

  • Girondegenea

    Merci de redonner vie à nos poilus qui se sont battus pour notre liberté sans y être préparé plus que cela.
    Bel hommage que je prendrais plaisir à suivre tout au long du #ChallengeAZ.

    Répondre
    • Cyril Berdelou

      Merci beaucoup pour votre message. Au moment où j’ai débuté ces recherches, au printemps 2013, l’objectif était bien de redonner corps à l’ensemble de ces parcours individuels interrompus par la Grande guerre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *