A l’occasion de la sixième édition du #challengeAZ, animée par la communauté des généalogistes, archivistes et autres passionnés d’histoire, j’ai décidé en ce Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 de partager quelques-unes des 600 biographies des Morts de la Grande guerre des communes de Romorantin et Lanthenay. Elles sont tirées du bulletin spécial de la Société d’art, d’histoire et d’archéologie de la Sologne dont je suis l’auteur (n°201, 4ème trimestre 2015, toujours en vente à Romorantin-Lanthenay). Ce projet avait reçu le label de la Mission du Centenaire de la première guerre mondiale.

Un prisonnier décédé en Allemagne après l’Armistice

André Henri HÂTÉ est né le 3 décembre 1883 à Romorantin, au domicile d’Auguste GODARD (62 ans, menuisier). Il est le fils de père non dénommé et de Marie Silvine HÂTÉ (33 ans, rempailleuse de chaises). Au moment de son recensement au titre des obligations militaires (classe 1903, bureau de Blois, matricule 1066), il résidait à Romorantin et exerçait la profession de maçon. Père de 3 enfants au moment de son décès, il avait épousé Jeanne Ambroisine DUVOUX le 1er février 1907 à la mairie de Noyers-sur-Cher (Loir-et-Cher). Dans la réserve de l’armée active au moment de la mobilisation, André Henri HÂTÉ est rappelé à l’activité par le décret du 1er août 1914 portant mobilisation générale. Il prend part à la campagne contre l’Allemagne à partir du 1er août 1914 au sein de la section cycliste de garde au Quartier Général de la IVème armée. Il est successivement affecté au sein de différentes unités. Chasseur au sein du 69ème BCP depuis le 6 novembre 1915, André Henri HÂTÉ est fait prisonnier le 6 décembre 1915 au lieu-dit « Chapeau haut de forme » au Sud de la commune de Saint-Souplet-sur-Py (Marne). Il est successivement prisonnier dans le lazaret de Rethel (Ardennes), le lazaret de réserve de Trèves (Rhénanie-Palatinat, Allemagne), le camp de Limbourg-sur-la-Lahn (Hesse, Allemagne), le camp de Darmstadt (Hesse, Allemagne) et le lazaret de Meschede (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne). Il décède en captivité le 17 novembre 1918 à l’hôpital des prisonniers de guerre du lazaret de Meschede.

Lazaret du camp de prisonniers de Meschede (Allemagne)
Lazaret du camp de prisonniers de Meschede (Allemagne)

A la demande des autorités militaires dans un courrier en date du 21 janvier 1919, le Maire de Romorantin est prié « de vouloir bien, avec tous les ménagements nécessaires en la circonstance, prévenir Madame HÂTÉ (mère) de la mort de son fils (…) et de s’assurer par une enquête discrète si l’intéressée n’a pas reçu de nouvelles de son fils, cet avis n’étant qu’officieux ». Malgré cette information, son épouse domiciliée rue de la Roche à Romorantin adresse une demande de renseignement à l’agence internationale des prisonniers de guerre le 21 février 1919. Le rapprochement des fiches de demande et des fiches d’index permet à l’agence internationale des prisonniers de guerre d’identifier André Henri HÂTÉ dans plusieurs listes de prisonniers dressées par les autorités allemandes et reçues par l’agence entre 15 janvier 1916 et le 5 juillet 1918. Après avoir lancé une enquête dans le camp de prisonniers de Meschede le 13 mars 1919, l’agence reçoit un avis de décès le 22 mars 1919 dont une copie est adressée à sa veuve le 22 avril 1919. En l’absence d’un acte officiel, un jugement déclaratif de décès est rendu par le Tribunal civil de Romorantin le 22 novembre 1919 avant d’être transcrit le 14 décembre 1919 dans le registre des décès de la mairie de Romorantin. Par un convoi ferroviaire en date du 5 juillet 1926, son corps est restitué à la famille et transféré aux frais de l’Etat dans la commune de Romorantin où il est inhumé. André Henri HÂTÉ résidait à Romorantin.

Le nom d’André Henri HÂTÉ figure sur le monument aux morts de la commune de Romorantin, sur la plaque commémorative posée dans le hall de l’hôtel de ville et le monument érigé dans l’église Saint-Etienne (Romorantin). Il figure également dans le projet de livre d’or de la commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *