A l’occasion de la sixième édition du #challengeAZ, animée par la communauté des généalogistes, archivistes et autres passionnés d’histoire, j’ai décidé en ce Centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 de partager quelques-unes des 600 biographies des Morts de la Grande guerre des communes de Romorantin et Lanthenay. Elles sont tirées du bulletin spécial de la Société d’art, d’histoire et d’archéologie de la Sologne dont je suis l’auteur (n°201, 4ème trimestre 2015, toujours en vente à Romorantin-Lanthenay). Ce projet avait reçu le label de la Mission du Centenaire de la première guerre mondiale.

Oublié sur le monument commémoratif de sa commune de naissance ?

Silvain WALLON est né le 21 janvier 1888 à Lanthenay, lieu-dit « les Arches ». Il est le fils de père non dénommé et de Silvine Marie BOUCHER (21 ans, domestique). L’enfant a été reconnu par sa mère le 6 février 1888 à la mairie de Lanthenay, puis reconnu et légitimé par le mariage contracté entre Georges WALLON, domestique, et Silvine Marie BOUCHER le 12 janvier 1892 à la mairie de Fontaines-en-Sologne (Loir-et-Cher). Au moment de son recensement au titre des obligations militaires (classe 1908, bureau de Blois, matricule 684), il résidait à Courmemin (Loir-et-Cher) et exerçait la profession de domestique de ferme. Il avait épousé Désirée Léontine CHAUVIN le 28 juillet 1914 à la mairie de Veilleins (Loir-et-Cher). Dans la réserve de l’armée active au moment de la mobilisation, précédemment affecté au sein du service auxiliaire, Silvain WALLON est mobilisé du 5 au 9 août 1914 en qualité de conducteur de chevaux et véhicules hippomobiles au sein de la Commission de réquisition n°61 avant d’être renvoyé dans ses foyers. Consécutivement à l’arrêté du Ministre de la Guerre du 9 octobre 1914 relatif à l’exécution du décret du 26 septembre 1914 sur la visite des hommes du service auxiliaire, Silvain WALLON est pris bon pour le service armé par la Commission de réforme de Blois (Loir-et-Cher) le 3 décembre 1914. Rappelé à l’activité par le décret du 1er août 1914 portant mobilisation générale, il prend part à la campagne contre l’Allemagne à partir du 14 décembre 1914. Soldat au sein du 113ème RI, 12ème compagnie, Silvain WALLON est porté disparu le 14 juillet 1915 dans la forêt d’Argonne (Meuse).

Sans nouvelle de sa part, vraisemblablement dès le mois d’août 1915, ses proches adressent une demande de renseignement à l’agence internationale des prisonniers de guerre qui renvoie une réponse négative le 10 décembre 1915. A l’issue du conflit et en l’absence d’un acte officiel, un jugement déclaratif de décès est rendu par le Tribunal civil de Romorantin le 7 octobre 1921 avant d’être transcrit le 22 octobre 1921 dans le registre des décès de la mairie de Veilleins. Silvain WALLON résidait à Veilleins.

Décoré à titre posthume de la médaille militaire, Silvain WALLON est également titulaire de la Croix de guerre avec une étoile de bronze : « soldat brave et dévoué. Tué, le 14 juillet 1915, en forêt d’Argonne ».

Si le nom de Silvain WALLON ne figure sur aucun monument aux morts de la ville de Romorantin-Lanthenay, il figure en revanche sur le monument aux morts de la commune de Veilleins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *